Pionniers de l’informatique à Detroit. Une nouvelle génération de jeunes innovateurs participe à la renaissance de Detroit.

Quand Brian Balasia, directeur de Digerati, a installé il y a 10 ans son entreprise dans le Guardian Building, immeuble emblématique du centre-ville de Detroit, il était un spécimen rare : un entrepreneur High-Tech dans la ville de l’automobile, qui plus est blanc et souhaitant vivre au coeur de la ville.

Le centre de la haute technologie était alors Silicon Valley en Californie et choisir une ville qui était en plein déclin industriel pour s’y établir apparut alors comme une décision pour le moins excentrique. Personne ne voulait habiter au centre de Detroit, les cols blancs préféraient habiter des banlieues prisées telles que Grosse Pointe ou Livonia.

Mr Balasia, natif de Detroit, nous rappelle combien Detroit a changé au cours de ces 10 dernières années, en particulier après la faillite municipale de 2013. Lorsqu’il a emménagé dans le Guardian Building, seul 7 % de l’immeuble était occupé, malgré sa situation privilégiée, juste à côté de la rivière qui sépare les USA du canada, et sa magnifique architecture Art-Déco.

Aujourd’hui, tous les bureaux sans exception sont loués, et la société Sterling Group qui a racheté l’immeuble en 2003, ne regrette pas son investissement.

M. Balasia fait partie du nombre croissant d’entrepreneurs High-Tech qui choisissent Detroit pour y lancer leur entreprise. Désormais, ceux qui veulent vivre dans un loft « branché » ou même un simple appartement, doivent s’inscrire sur une liste d’attente.

Mr Balasia a fondé Digerati en 2001, société d’ingénierie informatique et de développement de logiciels. En 2014, la municipalité de Detroit lui a demandé de réfléchir à comment enrayer la fuite des cerveaux, à savoir les milliers de diplômés talentueux qui sortent chaque année des nombreuses et excellentes universités du Michigan, pour aller faire carrière ailleurs.

Après avoir analysé le problème, Digerati a fait ressortir des chiffres étonnants. D’une part, que 49 % des diplômés occupaient après leurs études un emploi qui ne correspond pas à leurs diplômes et d’autre part, qu’à l’horizon 2018, les entreprises américaines auraient besoin au minimum de 3 millions de diplômés universitaires.

La conclusion était que le marché du travail fonctionnait de manière inadaptée, parce que les entreprises de moyenne et petite taille n’avaient pas les resources nécessaires pour trouver les talents dont elles ont besoin.

Pour remédier à ce problème, la société Digerati a créé le système « Workfountain », qui utilise un algorithme pour faire correspondre les compétences des candidats aux postes offerts par les employeurs. Grâce à cet outil, les 250 000 petites et moyennes entreprises du Michigan, peuvent désormais trouver plus facilement un candidat parmi les milliers d’étudiants qui sortent diplômés chaque années des universités de l’état. Tous ces talents peuvent maintenant rester sur place au lieu d’aller faire carrière ailleurs.

« Le Michigan a toujours eu l’esprit d’entreprise, mais il est arrivé un moment où nous nous sommes endormis sur nos lauriers, indique M. Balasia, mais tout ceci a changé avec le choc de la faillite de Detroit qui a secoué tout l’état du Michigan. Désormais, l’état et sa plus grande ville, Detroit, se concentrent sur leur meilleur atout, les talents qui sortent des universités chaque année ».

Le renouveau économique de Detroit, notamment dans le secteur des technologies de pointe, a un impact certain sur l’immobilier. Les prix montent et les possibilités d’investissement fructueux commencent à se faire plus rare.

Leave A Response

* Denotes Required Field